Bénéficiant d'un succès considérable au Japon, The Ancient Magus Bride débarque dans nos contrées et s'annonce comme une révélation pour les amateurs de sciences occultes et de quête initiatique.

Q

uelque part au Japon se tient une vente aux enchères un peu particulière. Les visages des acheteurs sont masqués, l’ambiance lourde. Sur l’estrade, le commissaire priseur annonce le dernier lot : s’avance alors une jeune femme, dont la cape de jute dissimule à peine les chaînes qui l’entravent. Cinq millions de livres Sterling : voilà visiblement le prix à payer pour pouvoir s’offrir une fille dans son genre.

Chisé Hatori, 15 ans, vient d’être vendue. Peu concernée par son sort, elle n’attend plus rien de la vie et se demande bien pourquoi quelqu’un voudrait payer si cher pour l’avoir. Orpheline de mère, la jeune fille, tout au long de sa frêle existence, n’a connu que le rejet et l’abandon. Considérée comme un fardeau par le peu de famille qui lui reste, elle n’espère plus qu’une chose : mourir.

Elias Ainsworth, de son côté, ne fait partie ni des humains, ni des esprits. Sorcier d’un autre temps, il vient de réaliser un rêve : acquérir une Slay Vega, afin d’en découvrir tous les secrets. Malgré une apparence plutôt hostile et effrayante, Ainsworth ne semble pas vouloir de mal à Chisé, qu’il accueille d’ailleurs comme un membre de sa famille. Après avoir débarrassé la jeune fille de ses chaînes, il lui annonce qu’il fera d’elle sa disciple, puis sa femme, lui ouvrant ainsi les portes d’un nouveau monde.

“Fort d’un graphisme empreint de douceur et de légèreté, contrebalançant les côtés les plus sombres de l’histoire, The Ancient Magus Bride captive et fascine.”

The Ancient Magus Bride : Magie et sorcellerie

Pour ce premier titre, Koré Yamazaki signe un shônen un peu particulier, puisque le jeune héros n’est autre qu’une héroïne. Eh oui, les filles aussi ont droit à leur lot de parcours initiatique, et ça n’est pas pour nous déplaire. Comme tout bon personnage principal, Chisé se lance donc dans une véritable quête d’elle-même, rencontrant au passage du bon, comme du mauvais. Présentée dès les premiers chapitres comme le pendant positif d’Elias, la jeune fille semble promise à un bel avenir, alors que le mystère s’épaissi autour de son protecteur. Complémentaires bien que très différents, tels le Yin et le Yang, les deux protagonistes principaux s’imposent rapidement comme la clé de voûte autour de laquelle va s’articuler toute l’histoire.

“Le lecteur doit faire face à l’ambivalence d’êtres mystérieux, capables du meilleur comme du pire.”

Bien que débutant au Japon, l’intrigue de The Ancient Magus Bride se déroule principalement dans l’Angleterre moderne. Terre de contes et de légendes, le lieu se prête parfaitement à l’apparition de fées, dragons et autres chimères, que l’auteure prend un plaisir non dissimulé à dessiner : ailes scintillantes, oreilles pointues, écailles rocailleuses et sourires moqueurs, les créatures foisonnent de détails indispensables à l’immersion du lecteur. Tout comme Chisé, il doit alors faire face à l’ambivalence de ces êtres mystérieux, capables du meilleur comme du pire.

Fort d’un graphisme empreint de douceur et de légèreté, contrebalançant les côtés les plus sombres de l’histoire, The Ancient Magus Bride captive et fascine. Si, à la première lecture, l’intrigue semble avoir du mal à se mettre en place – l’habitude des héros masculins se trouvant chamboulée – la magie ne tarde pas à opérer et les deux tomes sont vite dévorés. Après avoir séduit le Japon en moins d’un an – le troisième tome atteignant déjà la tête des ventes – la série de Komikku devrait donc facilement s’imposer comme l’un des mangas de l’année dans le cœur du public français.



Article à propos de


Faites une affaire

Des trouvailles à des prix exceptionnels

  • Coffret Last Exile 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros