Réalisé par Suzuki Sanami en 2014, La petite fille aux allumettes (Macchi Shojo), un manga à la fois étrange et hilarant débarque chez Komikku Éditions !

P

etite fille qui semble avoir perdu son sourire, Rin est une vendeuse d’allumettes magiques. Une fois l’allumette craquée, des petites créatures variables apparaissent de nul part pour réaliser des souhaits, des chimères…
La petite fille aux allumettes rappelle étrangement la sorcière des dimensions, Yûko, personnage récurrent des œuvres de CLAMP. Propriétaire d’une boutique, elle vend des allumettes pouvant réaliser des souhaits contre un an de la vie de l’acheteur. Dans le même genre qu’XXX Holic, La petite fille aux allumettes met en scène différents personnages avec leurs propres histoires, seule l’histoire de Rin, la propriétaire de la boutique, constitue le fil conducteur de cette œuvre avec Chimi, une vendeuse de bougies (qui réalise de véritables souhaits et non des chimères) qui fera également son apparition en édictant ces étranges paroles : « les allumettes chimériques n’éclairent que la surface du cœur. La flamme de la bougie brûle plus fort, plus longtemps… elle fera retentir la voix de vos profondeurs. »

La petite fille aux allumettes, un personnage lunatique, un monde fantastique…

Caractérisée par une personnalité décalée et silencieuse, Rin intervient rarement pour empêcher un drame. Au contraire, elle suggère aux protagonistes certaines choses, ce qui déclenche un point de non-retour dans l’action. Lunatique, elle sauvera pourtant de la mort un jeune homme qui viendra habiter dans sa boutique et deviendra un personnage récurrent du manga, sorte d’assistant à la personnalité ultra-positive. On peut difficilement s’imaginer quel monstre symbolisant la chimère va faire son apparition et il est impossible d’avoir une idée des impacts de la réalisation de ces désirs sur les personnages et le monde qui les entoure.

« Les graphismes qui sortent de l’ordinaire et les scénarios improbables accompagnés de dialogues totalement délirants enrichissent grandement cette œuvre. »

 
Le point fort de cette œuvre est la façon dont l’auteur exprime les désirs de ces personnes qui vont, dans beaucoup de cas, se retourner contre eux. Cela portera souvent préjudice car ce n’est pas dans l’ordre naturel du monde. Les graphismes qui sortent de l’ordinaire et les scénarios improbables accompagnés de dialogues totalement délirants enrichissent grandement cette œuvre. On l’imagine facilement être adaptée en une succession de petits courts-métrages fantastiques. Des décors légers mais bien présents permettent au lecteur de découvrir un monde magique.

Un manga humoristique ou un drame philosophique ?

Perdu dans un univers où l’action se perd malheureusement facilement et où les personnages n’agissent pas logiquement, le lecteur remarque rapidement la morale cachée entre ces bulles : les désirs ne peuvent être réalisés ou le sont de façon catastrophique. Véritable Seinen, La petite fille aux allumettes porte un message un peu plus profond au sein des pages. Ce manga parle des désirs, des rêveries de chaque être humain qui sont perçus et vécus très différemment selon la personnalité des personnages. Donnons l’exemple du rêve du jeune lycéen du chapitre 1 qui demande à ce que toute la gente féminine succombe à son charme, il se retrouve alors poursuivi par l’ensemble des espèces femelles de la Terre. Mais l’amour excessif peut s’avérer très dangereux…

La petite fille aux allumettes est une oeuvre remplie de personnages peu attachants mais particulièrement intéressants tant le déroulement de l’action est étonnante. C’est entre une histoire fantastique particulièrement drôle et un drame philosophique que La petite fille aux allumettes trouve sa place.



Article à propos de


Faites une affaire

Des trouvailles à des prix exceptionnels

  • Coffret Last Exile 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros