[manga titre=’Le Japonais du manga’]

 

Les éditions Assimil ont basé leur succès sur une méthode révolutionnaire d’apprentissage des langues devenue une référence en la matière depuis leur création en 1929 par le Rennais Alphonse Chérel. Toujours soucieux de s’adapter à l’évolution permanente de la société, la marque ne pouvait ignorer les amateurs de manga désireux de développer leurs connaissances du vocabulaire de la bande dessinée niponne. Le Japonais du Manga arrive donc avec en ligne de mire l’apprentissage du jargon de l’univers manga.
 

Le Japonais du Manga : une première

Publié en partenariat avec l’éditeur Kana, Le Japonais du Manga vaut bien évidemment le détour puisque tout otaku qui se respecte (au sens moderne du terme) appréciera d’en apprendre plus sur les termes qui jalonnent le quotidien des mangaka et éditeurs au Japon. Sous la forme d’un petit lexique, l’ouvrage se consacre en effet au vocabulaire japonais spécifique à l’univers du manga, avec des explications riches et détaillées fournies par les auteurs.
Quelle est la différence entre un dokusha et un otaku ? D’où vient le terme « sensei » ? Qu’est-ce qu’un manga kissa ? Tous ces éléments qui composent l’univers du manga sont répertoriés en version originale (accompagnés de leurs idéogrammes) dans ce dictionnaire pour otaku. Avec en prime les conseils de Catherine Garnier, spécialiste du japonais chez Assimil, dont les encadrés illustrés apportent des informations supplémentaires.
 

Ainsi, Le Japonais du Manga se présente sous forme de chapitres dédiés à des thématiques précises. De la fabrication du manga aux outils utilisés en passant par les noms des parties d’une planche de dessins, les techniques employées ou encore les modes de publications et la journée type d’un mangaka, chaque partie, obéissant à un ordre chronologique, s’avère très instructive pour qui souhaite maîtriser les codes de la bande dessinée japonaise.
Sous l’égide de Misato Raillard (traductrice de Detective Conan, La Rose de Versailles chez Kana) et de sa cousine Shima Kadokura, le lecteur apprendra une multitude d’informations ponctuellement illustrées de manière sobre, aux couleurs un brin simplistes malgré tout. Sur le même modèle qu’un dictionnaire, chaque expression (350 environ) est accompagnée d’une explication plus ou moins longue.
 

Du côté de l’édition, le format de poche est judicieux, tandis que la couverture rigide se prête à juste titre à l’aspect mini-encyclopédie et dévoile une association jaune/bleu un peu classique et manquant d’originalité. La qualité du texte est de qualité bien qu’une ou deux petites anomalies aient échappé à la vigilance des correcteurs. Mais l’essentiel demeure le contenu proposé et en cela, Le Japonais du Manga s’avère une initiative remarquable, et un guide bilingue « spécial manga » de très bonne facture que tout amateur de bande dessinée japonaise se doit de posséder dans sa bibliothèque pour consulter régulièrement.



Article à propos de


Faites une affaire

Des trouvailles à des prix exceptionnels

  • Coffret Last Exile 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros