Le Couvent des Damnées vous embarque dans la lutte d'une jeune fille contre l'église, dans une époque où la chasse aux sorcières fait rage.

A

u XVIe siècle, l’Inquisition terrorise la population qui voit de nombreux innocents accusés de sorcellerie finissent au bûcher. C’est ainsi qu’Ella, privée d’abord de sa famille, voit ensuite sa mère adoptive se faire exécuter publiquement avant d’être envoyée dans un couvent spécialisé dans la rééducation des « filles de sorcières ». Poussée à bout, n’ayant plus d’espoir auquel se raccrocher, la jeune fille développe une haine contre cet ordre religieux. Elle se donne trois ans pour assouvir son implacable vengeance et détruire l’organisation de l’intérieur.

Le Couvent des Damnées : Une héroïne enflammée

Glénat vous propose de découvrir la première oeuvre de Mineru Takeshi, baptisée au passage par Hiromu Arakawa (Fullmetal Alchemist) ou Makoto Yukimura (Vinland Saga). Vous êtes les témoins d’une vendetta annoncée dont on suit l’échafaudage au fil des pages. Plongé en plein Inquisitoire à l’époque du Saint-Empire romain, vous assistez au calvaire d’une jeune héroïne en proie aux affres de la vengeance, après avoir perdu sa famille mais surtout sa mère adoptive, exécutée pour hérésie.

Le Couvent des Damnées offre un scénario intéressant par le rythme alterné qu’il propose. L’intrigue vous entraîne dans les coulisses d’un établissement diabolique aux faux airs de paradis. Dirigé par des religieuses qui commettent les pires atrocités au nom de Dieu,  il ressemble à une prison dont s’échapper relève du miracle. Vous serez captivé par l’atmosphère lourde et pesante qui entoure l’héroïne. Tortures, humiliations ou encore pièges mortels, bienvenue dans l’enfer d’Ella, une héroïne qui va vous étonner par sa force de caractère.

“Cet ange déchu a décidé de purger un ordre religieux mené d’une main de fer par une nonne tout aussi charismatique. Quitte à y perdre son âme”

 
Car si le manga séduit, c’est d’abord et surtout grâce à ce personnage plutôt déroutant au regard dévastateur. Ella est en effet le fer de lance d’une conspiration destinée à servir sa quête de vengeance. Acceptant son statut de martyr pour mener à bien sa mission, elle vous surprendra par sa volonté sans faille. Tout dans le personnage symbolise une résolution qui fait mouche, lui attire des alliés et fait clairement d’elle le bras vengeur inattendu dans ce contexte chaotique. Dans un environnement exclusivement féminin où chaque fille porte sa croix et son lot de souffrances, elle seule semble capable de bouleverser les plans de l’Eglise.

Guidée par sa foi bien à elle, cet ange déchu a décidé de purger un ordre religieux mené d’une main de fer par une nonne tout aussi charismatique. Quitte à y perdre son âme et à vous y entraîner. Ayant renoncé à son humanité mais pas à sa dignité, la jeune fille devient un modèle de sang-froid à toute épreuve et auquel on s’attache assez vite. Forte, très indépendante, elle n’hésite pas à entacher ses mains pour créer l’Apocalypse dans l’ordre établi et on en vient presque à prier pour qu’elle réussisse.

Porté par une héroïne atypique qui s’est forgé son propre credo pour purifier le monde, le Couvent des Damnées vous plonge dans une intrigue sur fond de piété, de dogme et de mysticisme. Riche en rebondissements, grâce à un rythme soutenu, ce premier volume constitue un baptême de feu pour la série de Mineru Takeshi.



Article à propos de


Faites une affaire

Des trouvailles à des prix exceptionnels

  • Coffret Last Exile 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros