Paru aux éditions Komikku en novembre dernier, La photographe est le premier manga de Kenichi Kiriki. Tout à sa passion pour la photographie, l'auteur y décrit un Tokyo insolite au fil des clichés de la protagoniste.

 

A

yumi, jeune étudiante en photographie, est une amoureuse de Tokyo. Pleine de son enthousiasme de débutant, elle se plaît à se promener dans les quartiers plus ou moins fréquentés de la ville, à la recherche de moments uniques à saisir dans le vif. L’intérêt de la jeune fille est large et englobe aussi bien la fameuse tour « Tokyo Skytree » que la grotte de Benten ou la fête du Yabusame au parc Sumida. Soucieuse d’être fidèle à ce qui s’offre sous ses yeux, les photos attrapent une atmosphère, soulignent un sentiment de bonheur ou de nostalgie.

PARTIR AU JAPON

Dans cette oeuvre, chaque chapitre est le fruit d’une balade dans Tokyo. Avec son double féminin de papier, l’auteur tente ainsi de nous faire voir à travers ses yeux un autre Japon dans l’instantanéité de l’appareil photo. Omniprésent, celui-ci devient aussi bien le moyen de raconter une histoire que son noyau avec les nombreuses descriptions techniques qui sont parsemées tout au long du récit. Pour les photographes amateurs et les amoureux de balades culturelles, le titre se prête plutôt bien au contexte.

Outre les descriptions culinaires dans certains chapitres qui semblent dans la droite lignée de Le gourmet solitaire de Jiro Taniguchi, l’idée générale du manga est plutôt originale: il s’agit de montrer un Tokyo caché qui gagne à être connu. Mais cela ne s’arrête pas aux images, car pour cette découverte de la ville la dimension historique des lieux et des monuments donne une valeur ajoutée à ce véritable guide touristique. En cela, le pari de l’auteur est plutôt réussi et l’on apprend véritablement pas mal d’informations.

La Photographe : Une envolée lyrique ratée

Dans Le gourmet solitaire, le lecteur avait affaire à un businessman pressé et un brin prétentieux qui savait ravir nos papilles en engloutissant d’innombrables spécialités nippones. Que ce soit lié au thème plus qu’universel de la nourriture ou au talent littéraire de Taniguchi, cela fonctionnait bien. Ici, le côté vraiment trop bon enfant des rencontres que fait Ayumi dans la ville agace légèrement.

“Kenichi Kiriki est parti d’une bonne intention, mais cela ne suffit malheureusement pas et le rythme de l’histoire manque de dynamisme.”

 
Si le personnage manque de profondeur, le catalogue des lieux et places lasse vite, doublé d’explications textuelles à la longue soporifiques. Aussi, cette aventure que l’on croyait trouver lyrique se change peu à peu en une pénible course de fond à laquelle on met fin avec peine. Même le graphisme ne compense pas. Bien qu’agréable et riche de détail illustrant au mieux cette balade culturelle, le dessin décidément trop lisse n’accroche pas le regard.

En résumé, Kenichi Kiriki est parti d’une bonne intention, mais cela ne suffit malheureusement pas et le rythme de l’histoire manque de dynamisme. Malgré son caractère alléchant et atypique, La photographe constitue au final un original guide touristique, mais qu’on ne saurait lire autrement.



Article à propos de


Faites une affaire

Des trouvailles à des prix exceptionnels

  • Coffret Last Exile 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros