S’il y a bien un événement à ne pas manquer en ce début d’année 2016, c’est celui de la venue de Katsuhiro Otomo au Festival d’Angoulême, “superstar” du manga également qui sera également en conférence de presse ce lundi 25 janvier à l’Auditorium du Louvre.

B

ien plus qu’un simple représentant de la bande dessinée nippone, Katsuhiro Otomo est véritablement LE mangaka sans le génie duquel le manga aurait pu ne jamais franchir les frontières du Japon et connaître aujourd’hui un tel engouement. Retour sur le parcours d’une légende…
Maître incontesté et incontestable, Otomo influence l’univers de la BD à l’échelle mondiale depuis plus de 30 ans, permettant au manga dans son ensemble d’être reconnu à sa juste valeur. Cet auteur prolifique tout au long de sa carrière, à qui on doit – entre autres – Akira et Steamboy, a vu son travail récompensé à de maintes reprises et tout dernièrement par le Grand Prix d’Angoulême, récompense la plus prestigieuse du Festival international de la bande dessinée dont il a été le lauréat en 2015.

Une première dans l’histoire du festival puisqu’avant lui, aucun autre mangaka n’avait eu accès à une si haute distinction. Invité d’honneur de la 43ème édition du FIBD, au cours de laquelle sera proposée aux festivaliers une rencontre-événement consacrée aux coulisses de la création d’Akira, Katsuhiro Ōtomo profitera également de sa venue en France pour répondre aux questions des journalistes, le temps d’une conférence de presse exceptionnelle. L’occasion pour bon nombre de passionnés d’approcher ce monstre sacré, idole de plusieurs générations !

L’histoire qui a tout changé

2030. Au cœur du Néo-Tokyo, véritable décharge high-tech, Tetsuo, Kaneda et leur bande pourfendent la nuit sur des motos volées. Déjà en proie à la violence, ces jeunes junkies, dépourvus de tous repères, vont soudainement voir leurs vies sombrer vers quelque chose qui les dépasse totalement… C’est ainsi, en ouvrant le Young Magazine n°24 de décembre 1982, que le public japonais découvre Akira, manga post-apocalyptique fort d’un esthétisme très novateur, révolutionnant littéralement un genre jusqu’alors profondément marqué par l’héritage d’Osamu Tezuka, le papa d’Astro Boy.

Publiées dans les pages de l’hebdomadaire nippon, les premières planches de ce récit fantastique rencontrent un succès immédiat, faisant éclater au grand jour le génie de leur auteur et propulsant ce dernier au rang de maître : deux ans à peine après la naissance d’Akira, Katsuhiro Otomo, jusque là considéré comme un mangaka parmi tant d’autres, se fait enfin remarquer par la profession aux quatre coins du globe.

Katsuhiro Otomo : Le père du manga moderne

Grâce à un style avant-gardiste révolutionnaire, se rapprochant plus du cinéma que de la BD classique (ça n’est pas un hasard s’il a lui-même porté Akira à l’écran), ce natif de Miyagi a su attirer l’attention d’éditeurs anglophones et francophones, permettant ainsi l’explosion du manga dans nos librairies et autres boutiques spécialisées. S’il est en effet à l’origine d’une œuvre fondamentale, sans laquelle la bande dessinée japonaise ne serait sans doute pas ce qu’elle est aujourd’hui, on doit également à Katsuhiro Ōtomo l’arrivée du manga en France, et plus largement, dans les pays occidentaux.

D’abord repéré par Epic Comics aux Etats-Unis, Akira suscite l’intérêt de Jacques Glénat, fondateur de la maison d’édition éponyme : en voyage au Japon dans le but d’y présenter la bande dessinée franco-belge, il tombe littéralement sous le charme de cette épopée futuriste où se mêlent réalisme et inventivité, et décide de la faire découvrir au public français. Moins de 10 ans après sa parution japonaise, le chef d’œuvre de Katsuhiro Otomo devient alors l’un des tout premiers mangas disponibles en France et sonne le coup d’envoi d’un marché florissant, dont Glénat– profondément marqué par sa collaboration avec le mangaka – détient aujourd’hui près de 25%…

 

Profitant du véritable événement que représente la venue d’Otomo en France en ce début d’année, la maison d’édition va d’ailleurs proposer une version totalement inédite d’Akira : jaquettes d’origine, sens de lecture japonais et onomatopées non traduites, cette nouvelle édition devrait respecter d’avantage le travail de l’auteur et ravir les fans les plus pointilleux. Une version Deluxe disponible courant 2016 ! Rappelons également qu’une exposition dans laquelle de nombreux artistes lui rendent hommage en mettant en scène, à leur manière, l’univers d’Akira, lui sera consacrée tout au long du Festival avant d’investir les locaux parisiens de la Galerie Glénat.

Bande-annonce du film Akira

Bande-annonced du film Steamboy



Article à propos de


Faites une affaire

Des trouvailles à des prix exceptionnels

  • Coffret Last Exile 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros