Donnant suite au succès de Gangsta (réalisé par Kohske en 2011), Glénat nous offre un nouveau manga saisissant du nom de Gangsta : Cursed (réalisé par Kamo Syuhei en 2014) mélangeant de l'action sanglante à des questions de perceptions du bien et du mal.

P

réquelle de Gangsta, Gangsta : Cursed nous donne l’occasion d’en apprendre davantage sur les origines de la lutte des gangs ayant lieu à Ergastulum. L’histoire de cette œuvre tourne autour de Spas, un jeune éradicateur de la Seconde Brigade Esminets qui reçoit la mission d’attaquer Ergastulum, le foyer des « crépusculaires ». Formé dès son enfance à tuer et à détester ces hommes « modifiés », Spas les voit désormais comme des monstres contre-nature qu’il faut éradiquer dans le but de sauver l’humanité.

Gangsta : Cursed, d’anti-héros à héros

Tandis que les crépusculaires et les mercenaires de la guilde perçoivent les éradicateurs comme des êtres dépourvus de sentiments et de pitié, de dangereux tueurs qui massacrent leur espèce par intolérance à la différence. Accompagné par quatre compagnons complément cinglés, Spas va mener à une bien sa chasse aux crépusculaires et causer une montagne rouge de morts dans les rues. Se posant toujours plus de questions au sujet de ces proies, le jeune tueur va faire la rencontre d’une crépusculaire du nom d’Eva.

Ce combat va changer sa vision du monde. Notre héros va alors comprendre qu’Eva ressent des émotions, et verse des larmes pour son ami massacré sous ses yeux et ses parents morts de la main d’éradicateurs des années plus tôt. Soudain, elle apparaît comme humaine aux yeux de Spas, et même davantage humaine que lui-même. Pourtant, une autre éradicatrice du nom de Mary est là pour lui rappeler qu’il fait le bon choix et que leur quête est juste. De quel coté se trouve réellement les meurtriers ? Une terrible prise de conscience s’insinue dans l’esprit du jeune assassin.

« Malgré la violence, la souffrance et le fanatisme perceptibles dans cette œuvre, on suit l’évolution et le questionnement de notre jeune héros réalisant au fil des pages une terrible supercherie […] »

De la cruauté et du sang en toute originalité

Des graphismes originaux qui tendent à renforcer l’atmosphère glauque et oppressante de l’œuvre en offrant des traits particulièrement expressifs aux personnages de la brigade ainsi qu’à leurs victimes. À travers ces boucheries, on ressent l’âme des différents personnages grâce à leurs personnalités significatives mises en valeur par des dialogues et des scènes de combats ensanglantées particulièrement bien amenés et très compréhensibles.

Les personnages n’apparaissent réalistes que dans une certaine mesure : une élite féminine de combats habillés en jupe ? Des membres d’une organisation de tueurs aux personnalités dérangeantes et instables ? Autant de détails perturbants qui cassent un peu le sérieux de l’œuvre. Aussi, on ne comprend pas très bien pourquoi les éradicateurs sont si puissants alors qu’ils sont censés être des humains non-modifiés.

L’ambiance impitoyable de Gangsta : Cursed

Néanmoins, les décors bien présents et réalistes ravivent l’intrigue et le réalisme de ce manga, et nous transportent dans un univers à la fois cruel et humain. Malgré la violence, la souffrance et le fanatisme perceptibles dans cette œuvre, on suit l’évolution et le questionnement de notre jeune héros réalisant au fil des pages une terrible supercherie : les crépusculaires ne sont les êtres démoniaques à anéantir sans pitié, mais bien des êtres sensibles qui luttent dans l’espoir de protéger les leurs de la violence des éradicateurs. Ce manga donne au lecteur une bonne occasion de réfléchir aux perceptions que l’on possède de ce qui est juste et injuste.

Cette oeuvre pose également le problème de l’intolérance, du fanatisme et du racisme. En effet, Spas a été élevé d’une certaine manière depuis qu’il est enfant, il ne réalise pas tout de suite où est le mal et ne comprend pas pourquoi il se trompe en tuant des crépusculaires, femmes et enfants compris. Il pense agir de la bonne manière et se rassure tout au long de ce tome en le répétant dans sa tête : « Les crépusculaires sont des monstres. Voilà pourquoi nous les tuons. Nous n’avons rien à nous reprocher. Ce que nous faisons… est juste. » se dira Spas avant de massacrer ses proies. Le lecteur va alors être à l’affût de tout changement d’opinion du héros et comprend vite que plus les meurtres continuent, plus le héros sera rongé par les regrets et la culpabilité dans l’avenir.

En Bref, Gangsta : Cursed est un manga passionnant à lire absolument !



Article à propos de


Faites une affaire

Des trouvailles à des prix exceptionnels

  • Coffret Last Exile 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros