Comment fête-t-on Noël au Japon ? Dans un pays où les religions se mélangent et s'harmonisent facilement, Noël apparaît aux yeux nippons comme une seconde Saint-Valentin, idéal pour passer de bons moments en amoureux plutôt que de le passer en famille.

 À

l’origine, Noël est une fête chrétienne s’étant calquée sur la fête celte de Yule (ayant lieu le 21 décembre) qui consistait à célébrer le solstice d’Hiver, et donc la renaissance du soleil. Le Noël moderne, fête anciennement traditionnelle célébrant la naissance de Jésus et remise au goût du jour par un capitalisme mondial et triomphant (l’entreprise Coca-Cola ayant crée le père Noël) a touché la quasi-totalité des cultures du Monde.

Cette fête occidentale s’est en effet énormément développée au Japon : des pères Noël dans les rues, des produits et des marchandises typiquement traditionnels de Noël peuvent être trouvés dans les magasins, certains n’hésiteront pas à décorer leurs maisons et à distribuer des cadeaux aux enfants et à leurs amis. Cette tradition d’offrir des cadeaux à Noël rappelle la période de Seibo ayant également lieu en décembre durant laquelle les Japonais offrent des cadeaux aux personnes avec qui ils souhaitent garder de bonnes relations amicales ou professionnelles. Il s’agira plus particulièrement d’alimentation, de décoration, d’alcool qui tombent à pic pour les festivités de fin d’année.

Tokyo : symbole d’un Noël au Japon

La ville de Tokyo déborde de décorations, d’illuminations et de sapins de Noël. Le Tokyo Dome City se pare d’illuminations aux couleurs de Noël et on trouve également des marchés de Noël à Roppongi ou à la Station d’Ueno. L’endroit le plus prisé pour fêter la magie de Noël est le Tokyo Disney Land. Le schéma habituel se déroule de la sorte : une sortie en couple pour aller au restaurant (qui proposent de nombreux plats spéciaux) et finalement finir la soirée dans un des nombreux Love Hotel de la capitale nippone. Fête davantage consumériste que traditionnelle au Japon, de nombreux Japonais sont prêts à faire la queue durant des heures dans le but de savourer un bucket de KFC (le plat qui se rapproche le plus de la traditionnelle Dinde de Noël).
A Noël, le colonel est l'un des mets favoris des Japonais
Cet engouement des Japonais pour la magie de Noël a poussé beaucoup d’entreprises occidentales à réaliser des opérations de marketing au pays du soleil levant. Le marché de Noël de Strasbourg s’est tenu deux fois à Tokyo en 2009 et en 2010. Constitué d’une quinzaine de stands, il a donné l’occasion aux habitants de goûter les spécialités alsaciennes, les fromages, le vin chaud, les flammenkhueches et d’autres produits plutôt différents des représentations classiques de Noël à l’américaine et avait évidemment pour but de faire augmenter le nombre de touristes japonais, friands d’exotisme européen, en France les années suivantes.

Le nouvel an traditionnel nippon

Anciennement basé sur le calendrier chinois, le nouvel an, Oshogatsu, était célébré au début du printemps. Il est fêté le premier janvier depuis que le Japon a repris le calendrier grégorien en 1873. Cette fête de fin d’année est l’une des plus importantes de la culture nippone et dure habituellement plusieurs jours. Traditionnellement, les Japonais se rendent au sanctuaire bouddhique dans la soirée du réveillon ou durant les trois premiers jours de l’année pour sonner tour à tour cent huit coups de cloche (qui symbolisent les cent huit passions qui tourmentent l’Homme dans sa quête vers l’illumination), cette visite est nommée hatsumode et peut rassembler plusieurs millions de personnes dans les sanctuaires les plus populaires de Tokyo. Elle se nomme omisoka lorsqu’il s’agit d’une visite dans un sanctuaire shinto.
 

Avant la nouvelle année, les Japonais cherchent à régler leurs dettes ainsi qu’à rendre tout ce qu’ils ont emprunté durant les douze derniers mois, histoire de commencer une nouvelle année le cœur léger !

 
omisoka

Un pannel d’activités de fin d’année

Rappelant le vin chaud, les Japonais boivent de l’amazake, boisson chaude peu alcoolisée à base de riz fermenté pour se réchauffer. Il est également commun d’aller admirer le premier lever de soleil de l’année sur l’océan. Le premier rêve de l’année, hatsuyume, doit comporter au moins un des symboles de bon augure ( le Mont Fuji, un faucon et des aubergines) pour annoncer le commencement d’une bonne année. Avant la nouvelle année, les Japonais cherchent à régler leurs dettes ainsi qu’à rendre tout ce qu’ils ont emprunté durant les douze derniers mois, histoire de commencer une nouvelle année le cœur léger ! Ils pratiquent également un grand nettoyage appelée osoji qui permet de purifier la maison (les tatamis sont aérés, les objets obsolètes remplacés, etc.).

Les familles les plus croyantes ou d’un rang social important décorent leurs maisons avec les traditionnels kadomastu (formés de branches de pins autour de trois bambous sectionnés déposés de chaque coté de l’entrée afin d’inviter Toshigami-sama, le dieu du nouvel an) et shimenawa (une corde de paille de riz tressée qui est placée à l’entrée de la maison et qui délimite une zone sacrée). Plus populaire, le shimekazari est une décoration du nouvel an souvent complété de symboles de crevette (longévité) et de kaki (prospérité) et placée à l’entrée du logement dans le but de le protéger des impuretés extérieures. Organisée le plus souvent entre collègues en fin d’année, Bonenkai est une fête qui vise à tirer un trait sur le passé où l’on va chercher à oublier les problèmes de l’an dernier ainsi qu’à se féliciter des efforts fournis pour se préparer à une nouvelle année réussie. Durant cette période de fin d’année, les familles japonaises rendent aussi des visites de politesses à leur famille et envoient des cartes de vœux.

N’oubliez de fêter un Merii Kurisumasu (Merry Christmas) dans la joie et le bonne humeur !



Article à propos de


Faites une affaire

Des trouvailles à des prix exceptionnels

  • Coffret Last Exile 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros
  • Last Exile Coffret Collector 9euros